lundi 24 janvier 2011

Détecter le cancer du sein : une nouvelle méthode appliquée dans le Nord de la France

Une première mondiale au centre hospitalier d'Armentière ?

Et oui, ce CH du Nord de la France vient juste de recevoir un nouvel appareil de détection du cancer du sein. Selon La Voix du Nord, c'est une première nationale, voire mondiale ! 120 patientes passent chaque mois une mammographie dans cet établissement. Elles en bénéficient dès à présent.

Développé par General Electric Healthcare, le « Senobright » - c'est son petit nom - permet de procéder à une angiomammographie spectrale de contraste et de donner un diagnostic aussi précis qu'une IRM, mais plus spécifique. Pour se donner une idée de la différence de traitement de l'image, voici deux illustrations issues du site de GE Healthcare. 

L'angiomammographie permettra de repérer directement  les tumeurs, voir si elles sont malignes, et l'état d'avancement du cancer avec l'identification des foyers de calcification et d'hypervascularisation, alors qu'une mammographie classique permet seulement de visualiser des "tâches". L'illustration est plus que parlante.


Le Dr Poncelet d'Armentières explique à la Voix du Nord : "Avec l'IRM, on avait beaucoup de fausses images, pour des lésions bénignes. Le Senobright entre donc en compétition avec l'IRM sur le dépistage du cancer du sein. Mais il a l'avantage d'être couplé avec le mammographe numérique à capteur plan qui produit moins d'irradiations et une meilleure qualité d'image. C'est, sans doute, moins traumatisant". http://www.wikio.fr

1 commentaire:

  1. Quand est ce que ce procédé descend dans le sud, voir toute la France? Je dois passer une IRM et je préférerais cette méthode moins nocive déjà ,et plus fiable apparemment

    RépondreSupprimer